About

Qui sommes nous?

Le Good Citizen Factory est un label associatif à but non lucratif DIWU (Do It With Us)

Nous défendons des artistes de divers horizons dont l’originalité ou la singularité ne permettent pas toujours l’accès aux médias et aux outils de production. Pour autant, nous croyons en la nécessité de permettre à ces artistes d’exister, même si ils ne sont pas considérés « rentables » par l’industrie du disque.

Notre collectif possède donc ses propres moyens de productions audio et graphiques afin de réduire les frais inhérents à l’enregistrement d’un album et permettre ainsi une redistribution plus équitable des fonds générés par l’exploitation de l’œuvre. Nous défendons des valeurs citoyennes et un engagement culturel pour lesquels les auditeurs sont appelés à devenir plus que des consommateurs.

Le concept DIWU (Do It With Us)

Le DIWU s’oppose au DIY (Do It Yourself) longtemps défendu par les réseaux alternatifs. Nous proposons aux artistes de devenir pleinement acteur de la production de leurs œuvres, tant au niveau matériel que financier. Nous pensons que de cette façon, l’artiste se retrouve enfin au cœur de son projet et ne subit plus des taux de reversement souvent très bas, justifiés par des investissements lourd s de la part des labels traditionnels. La mise en commun des savoir faire, des moyens financiers et matériels entre artistes et label permet de rendre viables des projets artistiques plus atypiques, ou simplement moins commerciaux par la réduction conséquente des frais de production et par des reversement à l’artiste plus conséquent.

Les contrats au Good Citizen Factory

Devant le nombre quasi incalculable de possibilités (artistes qui possèdent leur home studio, ceux qui savent faire les visuels…) les contrats entre les artistes et le label sont tous différents. Nous établissons les contrats en fonction des savoirs faire de chacun. Plus l’artiste « maîtrise » sa production, plus son taux de reversement de royalties est grand. Cette pratique tant à encourager les artistes à apprendre à gérer et à réaliser les différentes étapes de la production d’un album.

Le fonctionnement

Concrètement, les charges que sont l’enregistrement, le mixage, le mastering, la réalisation du graphisme, la promotion, le pressage, la SDRM et autres frais divers sont partagées entre l’artiste et label. C’est une forme de co-production, qui permet à l’artiste de toucher au minimum 50% des revenus générés par l’exploitation commerciale de son œuvre. C’est introduire plus de liberté et d’autonomie dans la création d’œuvre musicale, sans pour autant écarter les réseaux traditionnels de commercialisation de la musique.

« More indy than indies »

Nous avons décidé de formaliser cette nouvelle voie politique :

– L’aide à la création et à l’émergence des courants peu soutenus par les producteurs actuels.

– La mise en commun des savoirs et des moyens comme tentative d’une nouvelle forme de modèle économique, plus équitable pour l’artiste et moins centré sur les concepts de rentabilité et de capital.

– Redonner sa place à l’artiste, en partant du principe qu’il est le seul garant de la diversité de la création.